2048x1536-fit_peu-moins-200-personnes-rassemblees-jeudi-9-fevrier-rennes-soutien-theo-jeune-homme-victime-violences-lors-interpellation-aulnay-sous-bois
Photo 20minutes.fr

 

 

Un nouveau nom vient s’ajouter à la longue liste des victimes de violences policières, et c’est celui de Théo d’Aulnay-sous-Bois.

 

Je publiais il y a quelques mois un article sur la bavure policière dont a été victime Adama Traoré, que j’intitulais « Bavures : Après Adama, à qui le tour ?« . Il n’a pas fallu attendre bien longtemps pour avoir une réponse à cette question, et voir la liste des victimes s’accroître inévitablement.Inévitablement ?

C’est donc une fatalité face à laquelle nous ne pouvons pas grand chose. Nous sommes condamnés à subir les violences policières, à nous faire frapper, violer, tuer………. On ne  va pas s’attarder là dessus.

Ce que moi je pense, c’est que rien ne changera tant qu’on laissera nos responsables politiques se charger de faire évoluer les choses.

Alors une chose est simple : Les élections approchent et c’est certainement le meilleur moment pour faire entendre nos voix.

Et quand je parle de voix, je ne parle pas d’un bout de PQ qu’on glisse dans une urne et qui nous donne cette soudaine impression que l’on pèse sur le sort du pays.

Quand je parle de voix, je parle au sens propre. Je parle de colère, de revendications, de militantisme. Je parle de combat citoyen. Je parle de demander des comptes, de faire comprendre que tout se paye.

En conclusion, je me désolidarise totalement des appels au calme.
Je vais même dans le sens inverse en appelant à ne pas se laisser faire.

La justice en France n’est absolument pas indépendante, et il est temps qu’elle le devienne. Mais cela n’arrivera pas d’un claquement de doigt.
Tant qu’elle fonctionnera sous l’égide d’un(e) ministre nommé par le président de la République, les choses resteront telles qu’elles sont. Les crimes ne seront jamais reconnus. Les coupables seront toujours mutés ou écoperont d’un peu de sursis. Les victimes s’accumuleront. Les familles se battront vaillamment, mais iront de bataille en bataille sans en voir la fin. Les amis se résigneront.

Et cela indéfiniment.

 

Publicités